SNCF : la grève contre la réforme des retraites sera-t-elle suivie ou pas ?

Publié le par Bernard Aubin

 

Ils ont presque tout perdu. Leur réglementation du travail ? Allégée en 2014… Leur Statut : promis à une lente disparition. Leur entreprise ? Eclatée dès 2020 en Sociétés Anonymes… Leur réseau ? Bientôt noyé sous la concurrence. Et leur régime spécial de retraite ? Considérablement écorné par la réforme de 2008. Le peu qu’il en reste risque d’être bientôt remis en cause. Et c’est pour cela que certains cheminots se mobiliseront demain, faisant suite à leurs collègues de la RATP.

 

Question : la grève sera-t-elle suivie ou non ? Rappelons tout d’abord que l’unité syndicale fait partie des vieux souvenirs. Depuis une dizaine d’années, les actions rassemblant l’ensemble des syndicats de la SNCF n’ont plus cours. Même lorsqu’il s'agit de défendre des enjeux majeurs. La division au rendez-vous l’année dernière lors de la grande grève contre la réforme de la SNCF. L'unité de 95, pour ceux qui l'ont connue, n'est plus qu'un lointain souvenir.

 

En 2018, quatre syndicats sur les huit présents à la SNCF avaient fait front commun contre la réforme de la SNCF. Deux d’entre-eux à leur corps défendant. Selon une stratégie bien rodée, ces  derniers avaient annoncé leur participation à la grève, puis attendaient le coup de fil libératoire et les mesurettes qui leur aurait permis d’en sortir. Sauf que cette fois, le nouveau Président de la République a rompu cette tradition ancestrale. Jugeant ce type de démarche superflu, aucune perche n’a été tendue. Les téléphones sont restés muets. Certains se sont trouvés empêtrés jusqu'au cou dans ce conflit sans fin.

 

Avec la montée de la grogne, et notamment l’affaire des Gilets Jaunes, Macron se méfie et renoue avec des pratiques qui ont fait largement leurs preuves par le passé. Les lignes ont été rétablies avec qui de droit. Les échanges "qui vont bien" ont été menés bien en amont du lancement de la réforme des retraites. Réforme dont on peut donc affirmer à ce jour qu’elle ne sera pas ardemment combattue par certains syndicats. Parmi les quatre « représentatifs » à la SNCF, deux s’opposeront farouchement à la remise en cause du régime spécial… et deux autres beaucoup moins. Tout cela ne favorise évidemment pas la mobilisation des troupes.

 

Sur le terrain, les porte-monnaie des salariés susceptibles de se mobiliser conservent encore les stigmates  des 35 jours de grève menée l'année dernière. Ça calme. La réaction de l’opinion publique face à ce mouvement ne les incite pas plus à faire du zèle. Les cheminots espèrent de leurs syndicats une unicité qui ne pourra voir le jour. Pour autant, en interne, le ras-le-bol s’accentue. Les nouvelles attaques contre le régime spécial de retraite jettent de l’huile sur  un  feu déjà bien alimenté. La dégradation des conditions de travail et les pressions n'arrangent pas plus les choses.

 

En résumé, si la grève mobilise demain 30 % des cheminots, ses organisateurs pourront la considérer comme un vrai succès. Les conducteurs seront comme toujours en premières lignes, avec un impact réel sur les circulations. Pas sûr que la mayonnaise prenne partout ailleurs, pour l'instant. En revanche, ceux qui auraient tendance à se réjouir trop vite d'une action en demi-teinte feraient bien de se méfier. La thématique du régime spécial reste ultrasensible à la SNCF. La plaie ouverte par la reforme de 2018 reste béante.  Rappelons aussi que ce sont les salariés, et non les syndicats, qui furent à l'origine du conflit de 95. Les derniers avaient repris la main sur le mouvement après quelques jours de grève. En ce temps là, ils savaient s'unir lorsqu'il le fallait.

 

On est donc à l’abri de rien. Cette fois, les cheminots ne seront pas les fers de lance des actions menées contre les réformes des retraites. Au tour de la RATP de gonfler les bras. Tant mieux. Il reste certain que si la grogne venait à se généraliser, le dernier gros bastion social, quoique bien malmené, ne resterait pas inactif. Les salariés prendraient leur destin en main, avec ou sans le soutien des syndicats. Les cheminots en ont gros sur la patate. Comme déjà écrit, la France est une poudrière. Cela ne signifie pas que tout va péter maintenant. Cela veut dire que lorsque l’explosion aura lieu, ça va faire mal. Et les pompiers en mesure d'éteindre l'incendie ne seront pas légion.

 

A lire ou à relire : Macron sur un trône explosif

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

7776pourtous 23/12/2019 00:32

Rarement "réforme" aussi régressive n'a été envisagée par un gouvernement républicain.L'enjeu est historique:cette régression en marche doit être stoppée.
Vive la CGT !

M 30/09/2019 14:55

En 2008, nous avions l'impression que seuls les cheminots avaient un régime spécial. L'an dernier, malgré l'unité des syndicats contre la "réforme" ferroviaire, nous avons perdu faute de combattants et avec des modalité(2/5) de grève bancales.
Cette année, chaque profession, chaque centrale syndicale, les GJ font leur petite manifestation dans leur coin. Je rappelle que la retraite à points va toucher tout le monde et réduira le montant des retraites à tous. Quand allons-nous nous donner les moyens de gagner ? Pour moi, les journées de grève de 24H qui ne servent à rien, c'est terminé. Peut-être que l'appel du 05 décembre pour une grève illimitée portera ses fruits ? Mais pour cela, il faut que tout le monde, dans toutes les professions, se réveille, mette de la bonne volonté et fasse des efforts financiers. Est-ce que la population est prête... mystère.

Richard palao 24/09/2019 20:57

Si chacun defend son pre carre , c est perdu d avance , avec la reforme par points de MACRON tout le monde sera perdant , toutes professions confondues , c est donc le TOUS ENSEMBLE qu il faut construire pour bloquer l economie , seule moyen de faire ceder le pouvoir ...

SCHMITT 23/09/2019 09:12

En Alsace les conducteurs des TER 200 seront tous sur les trains demain. Pourtant Sud Rail est le syndicat majoritaire des conducteurs? Comment motivés les agents pour se mettre en grève si tous les syndicats font leurs "mayonnaise" chacun de son côté? EN 1995 il y avait une union sacrée intesyndicale! Dommage que tout le monde veut avoir sa part de gâteau?